Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 18:53

   Lorsque Moussa Bakir se présente devant le tribunal, ses premiers mots font craindre le pire. Il fonce droit devant le jargon le plus obscur. Il parle de « « roll » puis de « blocs » et j’en passe. Avant de revenir au français. Son job à l’époque des faits : il est broker à la Fimat,une filiale de la société générale et il est le correspondant privilégié de Jérome Kerviel : « il passait des ordres, je les exécutais. Je les créditais sur son compte et j’envoyais la confirmation »

« J’avais une relation amicale et une relation professionnelle avec lui. En septembre je l’ai relancé. J’avais peur d’être délocalisé à Londres, j’avais besoin de faire du chiffre. Septembre, octobre, novembre ; les volumes augmentent, les commissions aussi. Mon travail était vérifié, encouragé, félicité. »

Mais compte tenu du volume traité, vous décelez une activité anormale, vous vous inquiétez ? demande le président. « Un broker est un prestataire de service, on ne pose pas de question »répond l’ex-broker (il est né en 76 en Algérie)

Tout de même,dit le président, vous échangez des mails, des SMS. Vous apprenez qu’Eurex fait une enquête, que Jérome Kerviel est inquiet ?

« il me parlait toujours d’un certain Mat, un client qui passait des ordres importants. Moi, je ne comprenais pas tout mais un broker ne doit pas poser de question sur les clients. Je lui disais qu’il n’avait rien fait d’illégal »

Le président :"Mat, c’est un paravent vis-à-vis de vous "

« Oui, il m’a menti »

Lecture de mails échangés à l’époque avec ce genre de phrases

Kerviel « je fais trop de thunes, Eurex va encore me casser les couilles »

Bakir « ca va montrer la puissance Kerviel !»

et le témoin précise à la barre: "une paire de baskets, un jeu vidéo, quand ils sont bien, ont peut dire, ils sont puissants !"

Le président fait préciser : "combien avez-vous touché de bonnus en 2007 ?"

Après réflexion et petite danse d’un pied sur l’autre, le broker lâche : «  430.000 euros de bonus au troisième trimestre et 1.200.000 euros au troisième trimestre 2007 ». Bruissements dans la salle.

Et votre salaire, demande le président ?

«  75.000 euros annuels ». La salle est ébahie : ces sommes qui ont été gagnées sur les engagements dissimulés et hors mandat de Jérome Kerviel !

Pressé par les avocats, Moussa Bakir consent à admettre qu’il a été manipulé par Jérome Kerivel : « Vous comprenez, c’est un garçon bien, un chic type, pas quelqu’un qu’on ne va pas soupçonner de mensonge, c’est un homme sérieux, agréable. Mais j’ai eu un choc le jour de l’annonce de la fraude et quand j’ai vu sa photo ».

Mais le passage des ordres de Kerviel par la Fimat n’est pas neutre pour le dossier. Ces ordres ont généré 6 millions d’euros de commissions, toutes répercutées au desk delta one en vue du paiement. Et cela quand même n’était ni caché , ni clandestin.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires