Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 21:44

Dans le procès du docteur Krombach, c’est au tour de la science de venir éclairer la justice. De quoi est morte Kalinka ? Pour son père, André Bamberski, il ne fait aucun doute que la jeune fille a été droguée, violée et qu’elle est morte des médicaments injectées par son beau-père pour couvrir ses méfaits. Cette version vigoureusement combattue par le Dr Krombach est-elle compatible avec les analyses des experts ? L’audience de cet après-midi était consacrée à cet aspect du dossier.

 En 2010, un supplément d’information demande à un laboratoire français d’effectuer de nouveaux examens toxicologiques. Le docteur Julien Pépin a reçu d’Allemagne des prélèvements du corps de Kalinka : « Aucune recherche de fer-cobalt n’a été réalisée au moment du décès. Au cours de mes analyses, j’ai détecté dans le poumon trois molécules qu’on retrouvera aussi dans le foie, soit un somnifère et deux anesthésiants. Certes, j’interviens 28 ans après les faits. Mais les molécules que j’ai trouvées ont bien été administrées dans les tissus conservés dans la paraffine. Par ailleurs, j’ai relevé pour le cobalt comme pour le fer, une concentration six fois supérieure dans les tissus. Cela montre de façon formelle que ces substances ont été données du vivant de la jeune fille".

- Docteur  Krombach, vous lui avez administré 6 piqures de fer ? Pourquoi  puisque Kalinka a un taux supérieur au taux normal quand elle décède? demande la présidente.

- De combien supérieur ? - demande l’accusé.

- Deux à quatre fois supérieur suivant l’organe pour le fer, six à huit fois supérieur pour le cobalt répond l’expert. Les conditions d’administration étaient très strictes, c’est un traitement réservé à l’anémie et jamais pour aider quelqu’un à bronzer.

Derrière cette question il ya des interrogations sur la pratique de ce médecin qui habitue ses proches à accepter des piqures pour soigner des bobos.

- Quant à la molécule de frizium (somnifère), demande la présidente, le fait de la retrouver si longtemps après, est-ce le signe d’une grande quantité ?

- On ne peut pas le savoir,  répond l’expert ;  mais un comprimé de 10mg sur une jeune fille qui n’en a jamais pris va altérer sa vigilance et cela va prendre effet entre 15mn à une heure. Le sommeil peut alors durer huit heures. La molécule entraine souvent une amnésie. A forte dose, cela peut entrainer un coma. Ce médicament peut s’administrer en piqure le cas échéant, mais il ne s’utilise pas ainsi habituellement.

L’audience se poursuit avec la déposition à la barre de professeur Jean Luc Pourriat, médecin urgentiste. La présidente lui demande d’analyser les données du dossier et de formuler des hypothèses sur la mort de Kalinka.

  - Les signes cliniques, c’est la somme de médicaments retrouvés dans son organisme, c’est une boule de gaze, et c’est le constat d’une  régurgitation du bol alimentaire. La boule de gaze est post mortem. On note qu’il n’y a pas de choc anaphylactique au fer, on peut éliminer le « coup de chaleur ».  Restent les médicaments. L’injection de fer cobalt n’est pas la cause de la mort. Ce n’était pas une bonne pratique mais cela ne cause pas la mort. »

Au milieu de cet exposé le docteur Krombach demande son inhalateur. Il semble étouffer, s’allonge sur le banc des accusés. La salle est évacuée. Une heure et demie se passe, les avocats sont appelés. Quelle suite pour ce procès ? le docteur est toujours sur une chaise roulante. La greffière lui signifie qu’il doit comparaitre le lendemain. L’ambulance est à l’extérieur. Le vieil homme sera-t-il présent ?

L’audience est levée jusqu’à 14H demain

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires