Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 18:05

La cour de Cassation dira demain à 10H si la tauromachie est compatible avec la loi. La cause est portée par le CRAC Europe, le Comité radicalement anti corrida et l’association DDA, droits des animaux. Ceux-ci veulent faire reconnaitre le caractère anticonstitutionnel de la dérogation qui permet à quatre régions françaises d’organiser des corridas.

corrida.jpg

Les défenseurs de la cause animale veulent voir supprimer l’alinéa 7 de l’article 521-1 du code pénal. La loi en effet réprime les actes de cruauté commis contre les animaux (commettre un acte de cruauté envers un animal domestique ou apprivoisé est passible de deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende) mais tolère des exceptions au nom d’une tradition locale ininterrompue. C’est cette exception floue qui leur semple contraire à l’esprit de la loi.

 Les défenseurs des villes taurines mettent eux en avant des arguments moins juridiques mais néanmoins porteur de l’intérêt général à savoir le pluralisme culturel, social et régional. Ils estiment en outre que l’animal ne bénéficie pas d’un droit absolu : il peut être chassé, ou élevé pour la consommation

Le combat des anti est relayé par des personnalités qui ont signé un appel commun aux Sages : Brigitte Bardot au premier chef mais aussi Alain Delon, Johnny Halliday Albert jacquard ou Luc Montagnier. « Il est certain que le fait même d’avoir porté l’affaire devant le Conseil Constitutionnel est une victoire. Cela montre qu’il y a un problème juridique sérieux. En droit, s’il y a une exception, elle doit être positive. Elle ne doit pas permettre de commettre un délit ! »Explique Me Eric Verrière, l’avocat des deux associations à l’origine de la QPC, question prioritaire de constitutionnalité.

Les pro-corrida invoquent l’activité économique et sociale autour des arènes. Mais leur amour va au combat rituel qui se joue entre l’homme et l’animal. La beauté des gestes, la noblesse de l’art de toréer, les émotions fortes qui vont avec.

Ce n’est plus trop dans l’air du temps. Les jeunes générations aiment moins, sont plus tièdes ; même l’Espagne fléchit ; c’est dire. Le droit accompagnera sans doute ce déclin. Mais pour l’instant, il semble difficile que la corrida soit totalement interdite en France sur l'interprétation d’une ligne du code pénal.

 Même si une certaine Christiane Taubira avait signé l'appel pour l'abolition de la corrida avant de devenir minsitre...

Partager cet article

Repost 0

commentaires