Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 17:09

La cour d’assises était presque déserte ce matin. Seul sur les bancs de la partie civile, André Bamberski, entouré de ses avocats, tente d’y croire encore. Les expertises médicales lues par la présidente vont lui ôter ses derniers espoirs. Le cardiologue a été admis en soins intensifs, il est sorti hier ; mais son médecin lui a prescrit un repos absolu de quinze jours.

000 Par6174819André BAMBERSKI

Le père de Kalinka se lève. On le sent à la limite du désespoir. « Dieter Krombach n’est pas malade. J’ai étudié son dossier médical. Il n’a jamais eu de maladie de cœur. Il a simplement des problèmes veineux et du cholestérol. Il fait des maladies cardiaques sur demande. » Et le vieil homme d’énumérer les malaises cardiaques survenus dans la vie du Docteur Krombach chaque fois qu’il doit affronter un épisode judiciaire. « Il dit dans une lettre : j’ai déjà eu trois infarctus, le quatrième me sera fatal. Mais jamais aucun médecin n’a retrouvé les signes d’un seul infarctus. C’est un stratagème ! »

La parole est à l’avocat général. Il commence par dénoncer lui aussi le caractère opportuniste des maladies de Dieter Krombach. « Il a développé une sorte d’allergie au judiciaire, une forme de refus devant l’obstacle. » Le magistrat s’en tiendra là sur les commentaires. Il constate le certificat médical, l’obligation faite à une cour d’assises de siéger en continu, la nécessité de reprogrammer tous les témoins et experts. Logiquement, il demande le renvoi de l’affaire.

Les avocats de Dieter Krombach s’offusquent des suspicions portées à l’encontre de leur client : « ce n’est pas un chien, c’est un homme, s’écrie Maître Philippe Ohayon. Doit-on continuer à dire qu’il fait semblant jusqu’à ce qu’il meure ? Dans aucun pays de droit on permet qu'un procès mette en péril la vie d’un accusé : il n’y a pas d’autre alternative que le renvoi. »

La présidente n’apprécie pas cette sortie. Xavière Siméoni réplique : « M. Krombach n’a jamais été traité comme un chien. A ma demande, c’est une ambulance qui l’a amené et ramené de l’hôpital où il est détenu. J’ai demandé un briefing de santé tous les soirs. L’œuvre de justice doit s’accomplir dans des conditions optimales de dignité. Reprendre le procès dans deux semaines est impossible ; je ne peux pas non plus donner une nouvelle date en raison des difficultés d’organisation matérielle. J’espère que le procès pourra se tenir d’ici la fin de l’année. »

000 Par2866128Xavière SIMEONI

C’est fini. André Bamberski est amer. Il dit avoir beaucoup pensé à sa fille ce matin. Kalinka est morte mystérieusement en Bavière en 82. La fin prématurée du procès le prive d’un verdict et donc d’une vérité judiciaire sur le décès de sa fille.

Les quatre jours d’audience ont pourtant déjà tracé un chemin vers la vérité. Car la cour a évoqué le viol dans les années 90 d’une des patientes du docteur Krombach, Laura S., qu’il avait droguée à son cabinet. Elle a évoqué également plusieurs rapports médicaux s’interrogeant sur la pertinence des piqures de fer-cobalt pratiquées sur Kalinka sous le prétexte de « l’aider à bronzer » ou de la « fortifier ». La mère de Kalinka a raconté les infidélités dont le médecin était coutumier à l'époque, toujours attiré par des femmes très jeunes. 

Mais c’est ainsi : la justice va devoir tout reprendre à zéro. André Bamberski ne décolère pas. Une fois encore, celui qu’il considère comme le meurtrier de sa fille lui a filé entre les doigts.

Partager cet article

Repost 0

commentaires