Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 18:25

Il est un trader star et travaille toujours à la Société Générale: Maxime Khan. c'est son tour de  s’expliquer devant la cour d’appel. Il a été chargé de solder (déboucler) les prises de position de Jérome Kerviel pour un montant de 50 milliards d'euros

 Nous sommes dans les premiers jours de janvier 2008.

« Tout commence le dimanche soir. C’est la première fois qu'on me faisait venir comme ça. Mes supérieurs me disent qu'il s’agit de déboucler une grosse position. Quel volume va-t-on mettre sur le marché ? On se met d’accord pour liquider 15%. Une liste d’initiés est ouverte. Je démarre les opérations sous mon identifiant et mon numéro de référence. Le marché était très volatile le lundi. Jusqu’à 10H je suis au 14 étage, je suis à mon poste de travail. A 10H, je descends dans une petite salle du 7èmeétage, toujours sur mon compte. Je travaille sous la surveillance de Luc François qui pilote l’opération de débouclage. Le lundi soir je m’entretiens avec tous les responsables.

Jérome Kerviel prend des notes sur un petit carnet. Costume bleu marine, chemise rose.

kerviel1.jpgJérôme Kerviel

«  Le mardi matin on continue toujours sur le même principe de ne traiter que 10% du volume. Mardi soir bilan du compte Eurex. Mercredi, les clients s’inquiètent.  Les indices européens sont très surveillés.  Je n’avais pas compris l’ampleur des positions sans contrepartie. Il y avait un risque d’insolvabilité de la banque. Les marchés interbancaires auraient pu refuser de prêter de l’argent à la SG. Et aussi, cela aurait pu déclencher une déstabilisation des marchés à la baisse.

Confidentialité ? Il fallait que le marché ne connaisse pas l’ampleur du problème sinon cela aurait entraîné une crise de liquidité et une accélération de la baisse du marché. « si le marché avait su que la Société Générale était en train de déboucler une position surnaturelle, la banque n’était plus solvable »

 Puis, l’avocat des petits porteurs, Frédéric Karel Canoy, demande ce que pense l’AMF de la manière dont a été effectué le débouclage de la position de 50 milliards ; le trader se raidit. «  La confidentialité était fondamentale pour que les autres traders agissent normalement à l’intérieur de la SG. Aucune information n’est sortie vers les filiales à l’étranger, si non cela aurait pu s’appeller un délit d’initié.»

Y a-t-il eu un effet Kerviel sur la baisse de l’action SG (-25%) ?

-Oui c’est certainement une conséquence de ses opérations.

 Est-ce que cela aurait pu être débouclé différemment ? Étalé dans le temps ?

 « Si on avait pu garder la position jusqu’en 2008 la perte aurait été de trois milliards et demie, au mieux du mieux mais il n’était pas possible de garder cette position aussi longtemps ; donc, ce calcul est très théorique».

« Mon métier ? Gagner de l’argent pour la banque oui, prendre 50 milliards de position directionnelle, non. Oui, l’affaire Kerviel a changé le métier : le contrôle des opérations pour traquer la fraude en permanence a été renforcé. Ceux qui étaient en place n’étaient pas suffisants bien que étant dans le haut du panier. Les contrôles ont été revus à la hausse. La méfiance au sein de la salle des marchés s’est établie. On vérifie que les résultats des traders sont cohérents avec les risques. »

C’est maintenant à la Défense de poser des questions :

koubbi.jpgMe Koubbi et Jérôme Kerviel

Me Koubbi s’adresse au trader qui travaille toujours dans la banque. «  Déboucleur ou nettoyeur ? J. Kerviel est dépeint comme un traitre, il a trahi la SG. Pourquoi, vous qui êtes un trader star, vous dites ne plus faire confiance à vos équipes ? « A l’époque on s’est contenté de réponses trop vagues, on a gobé les mensonges de M. Kerviel » répond Maxime Kahn.  Est-ce ce Kerviel était le seul à utiliser des positions fictives ? Non on a déjà connu un trader en 1997 qui a pris des positions directionnelles importantes par rapport à ses droits. Il était hors limite et pris des opérations frauduleuses protégées par des opérations fictives. Il a été licencié ; Me Koubbi insiste : « Donc Jérôme Kerviel a fait la même chose en plus grand ? » « Non, c’était une fraude beaucoup moins ingénieuse à l’époque.»  La position de JK a-t-elle été dégradée intentionnellement ?" Non j’ai commencé le débouclage le lundi 21 janvier sans aggraver, ni détérioré le compte de JK. Mon rôle est habituellement d’opérer des corrections par rapport à ce que fait l’équipe de traders. Je prends des positions pour couvrir les risques résiduels".

Accrochage avec la Cour. Me Koubbi fait un geste déplacé pour faire « taire » la présidente qui s’impatiente alors qu’une question sur les gains, les bonus actuels du trader lui parait déplacée  . "Mon bonus a été deux à trois fois moins important en 2007 qu’en 2006 ; plusieurs millions d’euros en moins »

Fin de témoignage pour Maxime Khan, toujours trader phare à la S.G.

Il est 11.47

Philippe Houbé, le témoin mystère se présente à la barre. Né en 56, chargé de comptes à Newedge, une filiale de la Société Générale. Lunettes. Costume gris. Témoin cité par la Défense.

HOUBE.jpg

«  J’ai du résoudre un cas de conscience.  Je ne supporte pas l’injustice. J’ai compris a un moment donné en lisant les comptes rendus d’audience en 1er instance que tout cela était incohérent. Il ne s’agissait pas de défendre l' entreprise mais une équipe dirigeante, des hauts responsables qui ont décidé de salir l’entreprise. Le décrire comme un bazar , un bateau ivre, sans contrôle de gestion. On insulte le bon sens, la profession, la justice."

  « La première chose qui m’a interpellé : on n’a rien pas vu disent les supérieurs. Techniquement, c’est  impossible et réglementairement interdit de pratiquer de tels dépassements.  Ils ont sali des services entiers pour se protéger…  La direction, un groupe de managers a jeté l’opprobre sur la boite pour garder leurs privilèges.

14.30. A la reprise, la présidente pose la question du jour : « si les petites bidouilles sautaient aux yeux ,ses supérieurs les connaissaient et l’ont laissé faire ?

Kerviel est poursuivi pour 7 faux emails . Selon Philippe Houbé, les mails fabriqués par Kerviel pour simuler des contreparties ne pouvaient pas tromper plus de 24H

Le témoin surprise entreprend de se lancer dans la description du système. « Il y a une distinction entre compte suspens et un compte erreur : L’usage de compte de suspens est toléré. Il ne doit servir quand il n’y a pas moyen de faire autrement. Les comptes erreurs sont traités par le service des risques opérationnels.ils sont traités avec la même célérité mais pas par le même service. A la première opération de contrepartie rejetée, j’aurai diligenté une enquête. Des opérations non réconciliées pendant un an auraient été dissimulées pendant un an dans une base tampon ? C’est incompréhensible selon moi. L’importance de la base tampon est le signe des défaillances de la SG. Une base tampon est juste le listing d’une base d’erreurs.

Je ne travaillais pas avec J. Kerviel. Il n’a pas d’expérience back office. Je lui ai expliqué ce que je faisais. Je crois qu’il a perdu le contact avec la réalité ; mais je ne suis pas psychanalyste…

A l’époque les décisions de la SG nous ont surpris. Je m’occupais du back office sur le marché américain. Je travaillais avec Fimat Chicago ; mais la direction a décidé de supprimer mon service pour le transférer à Londres (moins de taxes, droit du travail plus souple). J’ai contesté la décision. Ce n’est pas un choix judicieux car le personnel la- bas va vers le plus offrant. La stratégie de la SG, développer les salles de marché et de réduire le service des fonctions support a été une erreur.  

Pour moi, les salariés de la SG ont été victimes  et sur ces bancs on ne défend que la politique d’une équipe directoriale. Je pense que c’est le sentiment du petit personnel. La question, c’est qu’a fait la direction ? Les salles de marché sont les chouchous. Je sais, je ne suis qu’un pauvre « coût », face à ceux qui rapportent ; cette logique a perdu la SG et continue à le faire.

Le témoin surprise a rempli son office avec un certain courage. Il travaille toujours au sein de la banque. Venir ainsi dire le sentiment de la base avait quelquechose de rafraichissant même si il n’a pas été en mesure d’apporter la preuve que la banque connaissait les manœuvres frauduleuses de Jérome kerviel

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires