Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 12:20

C'était mercredi à 14h. Le moment a  été tellement fort qu’il pèse encore sur la conscience.

Je verrai longtemps ces trois juges qui entrent dans l’une des plus belles salles du palais de justice. S’assoient. Regardent à peine l’assistance. Le président articule deux phrases dans le jargon juridique : « la Cour rejette la requête et met fin à la suspension de l’exécution de la condamnation. » A peine ces formules ont-elles été marmonnées que les trois juges s’enfuient comme des voleurs !

J’entends encore Dany Leprince crier à la face de ses juges : « Je suis innocent, je ne comprends pas », et le murmure de sidération qui parcourt l’assistance. Pourtant, quelques signes nous avaient alertés : un nombre inhabituel de gendarmes, et la présence de pompiers dans la salle. On aurait dû ajouter la présence d’un fourgon cellulaire côté 36 quai des orfèvres, mais ça, on ne le savait pas.

000 Par6191134Dany LEPRINCE


Son avocat Maitre Baudelot, dans l’émotion, va parler d’échec personnel ; il évoque aussi un échec de la justice. En effet, comment comprendre que la Commission de révision, après une enquête minutieuse qui a duré cinq ans, ait demandé une remise en liberté immédiate de Dany Leprince, et que la Cour de révision dise qu’il n’y a rien de nouveau dans ce dossier ?


000 Par6191130Maitre BAUDELOT

De ses années de prison, Dany Leprince avait déclaré aux juges de la Cour de cassation : « J’ai vécu 16 années d’enfer mais sans jamais désespérer. Je souhaiterais que soit mis un terme à ce calvaire. » Cette confiance était mal placée. Il est maintenant réincarcéré à la prison de la Santé avant d’être envoyé dans une centrale pour purger sa peine d'au moins six ans puisqu’il a été condamné à perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans.

Ses avocats vont s’attacher à faire réduire cette peine de sûreté. Les tribunaux l’acceptent parfois quand le condamné présente toutes les garanties de réinsertion. Dans ce cas, comme il en a déjà effectué les deux tiers, il serait éligible à une libération conditionnelle. Et puis ses avocats vont porter son cas devant la CEDH, car ils estiment que Dany Leprince n’a pas eu droit à un procès équitable. Enfin, son avocat constituera un dossier en vue d’une grâce présidentielle. Le cas Leprince vaut bien celui d’Omar Radda, gracié par Jacques Chirac. Un mince espoir...

Il existe enfin une autre solution. L’avocat général, Claude Mahon, qui n’a pas été suivi dans ses réquisitions, a décidé de transmettre le dossier à la chancellerie. Seul le ministre de la justice peut demander au parquet du Mans de nouvelles investigations dans cette affaire touchant notamment au rôle de Martine Compain, l’épouse de Dany Leprince à l’époque du quadruple meurtre de Thorigné-sur-Dué. Il y aurait, au terme d’une nouvelle instruction, un nouveau procès. Encore faut-il que les problèmes de prescription n’empêchent pas une telle démarche. Un crime ne peut être poursuivi si pendant dix ans, il n’y a eu aucun acte interruptif de la prescription. Or, le crime date de 1982. Cette dernière piste semble donc bien aléatoire.

« J’irai le voir, on continuera à se battre » a dit Béatrice Leprince, la femme médecin qui a épousé Dany Leprince en prison. Voila, en tous cas, une ancre à laquelle il pourra s’accrocher.

000 Par6191113 (1)

 Béatrice LEPRINCE

Partager cet article

Repost 0

commentaires