Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 18:34

La cour d’appel de Paris réunissait hier matin le gratin des avocats de la capitale. A huit heures quarante cinq, et alors que le procès Chirac ne tenait pas audience, on pouvait observer les avocats de Dominique de Villepin, Maîtres Metzner, d’Antin et Brossolet; ceux de Jean-Louis Gergorin, le bâtonnier Iwens, Maîtres Témime et Dalmasso. Celui d’Imad Lahoud, Maître Pardo. Mais il y avait aussi tous ceux qui représentaient les parties civiles, c'est-à-dire  ceux qui figuraient sur les faux comptes Clearstream. On apercevait Maîtres Szpiner, Haik, Maisonneuve, Fedida…(seule la partie civile Nicolas Sarkozy avait renoncé en appel, rappelons-le). Beaucoup de fins juristes pour écouter le « dispositif » qui allait être énoncé par la présidente, Christiane Beauquis. Quelques personnes du public se sont levées quand Dominique de Villepin est entré, suivi de ses enfants. Il paraissait souriant, décontracté, avant de s’asseoir devant à droite. Jean-Louis Gergorin avançait, très pâle, entre les travées. Imad Lahoud, désormais prof de math, n’en menait pas large. De petite taille, il se glissait vers les bancs de gauche. Aucun des trois prévenus n’a croisé le regard des autres.

Puis l’arrêt a été lu. Dominique de Villepin n’a rien manifesté, comme si pour lui cela était une formalité. Jean-Louis Gergorin, qui s’en tire avec une forme d’honneur retrouvé, a semblé reprendre son soufle. Sa peine est réduite. Il n’est pas un faussaire, mais un naïf pris à son propre jeu et à ses propres obsessions et fragilités, dit la Cour. Et Imad Lahoud porte le chapeau. Il a imaginé les faux listings, les a réalisés et les a mis entre les mains de Gergorin et de Rondeau, disent en substance les juges. L’histoire personnelle et les intérêts des uns et des autres ont entraîné des manipulations ultérieures, d’abord auprès du juge Van Ruymbeke, ensuite auprès du pouvoir politique.

Fin de six ans de procédure. La Vérité judiciaire est dite.

Dès lors, Dominique de Villepin avait beau jeu de retourner face aux caméras qui l’attendaient à la sortie, pour entonner l’air de la calomnie. L’affaire Clearstream ne serait due qu’à l’acharnement du locataire de l’Elysée décidé à faire chuter son ancien rival, peut-on comprendre de sa déclaration. Un peu osé, puisqu’il faut rappeler que cette affaire est devenue une affaire d’Etat quand Nicolas Sarkozy a appris que son nom figurait dans les faux listings, lui attribuant des comptes louches dans une banque luxembourgeoise. La victime, au départ, c’est bien l’actuel locataire de l’Elysée.

On a beau parler de réconciliation entre les deux hommes, elle paraît fragile, peu probable. La relaxe de Dominique de Villepin est une sorte de camouflet judiciaire pour Nicolas Sarkozy. Difficile à admettre.

Et déjà d’autres affaires se profilent. Le financement des campagnes électorales de Jacques Chirac, d’Edouard Balladur, de Nicolas Sarkozy menacent l’armistice entre ces deux grands fauves de la politique.

Le livre de Pierre Péan, La République des Malettes, (éditions Fayard) permet en tous cas de comprendre le contexte de cette affaire Clearstream. L’affaire Elf, les Frégates de Taiwan, le pétrole de la Francafrique, les soupçons des rétro-commissions…. expliquent notamment pourquoi l’affaire Clearstream a enflammé ceux même qui ont habituellement des réflexes de prudence.

Partager cet article

Repost 0

commentaires