Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 17:04

Après l’orage médiatique, le procès de Jacques Chirac, on s’en souvient, a fait « Pschitt ! » : une opportune question de droit est venue une fois encore interrompre le cours de la justice. Procès remis ou procès escamoté : on saura le 20 juin prochain si une nouvelle date est fixée.

En attendant, il faut lire le livre de Thierry Lévêque ("Intouchable ? Chirac face aux juges", éditions Delavilla) qui met habilement en perspective pourquoi la comparution de Jacques Chirac devant le tribunal correctionnel est une nécessité démocratique.

chirac-intouchable160.jpg

Après la fin de son mandat, le 21 novembre 2007, l’ancien chef de l’Etat, qui bénéficiait de l’immunité due à sa fonction, est mis en examen par la juge Xavière Simeoni. Il est accusé de détournement de fonds publics. On lui reproche 43 emplois présumés fictifs de chargés de mission à la Mairie de Paris. Le livre raconte le devenir de ce dossier à partir de la plainte d’un militant écologiste, contribuable à Paris. Les signes envoyés par la Cour de cassation qui écarte la prescription. L’audition de Jacques Chirac comme si vous y étiez, caché dans le bureau de la juge d’instruction. Les manœuvres des procureurs successifs. Le comportement accommodant de Bertrand Delanoë, qui se contente du remboursement du préjudice financier pour la ville. L’ordonnance finale qui renvoie l’ancien chef de l’Etat répondre de 21 emplois de complaisance devant le tribunal correctionnel.

Auparavant, il y a une savante mise en perspective. Savante parce que l’auteur suit les affaires judiciaires depuis longtemps, assez longtemps pour raconter la forteresse que constituait la mairie de Paris pendant le « règne » de Jacques Chirac. Thierry Lévêque revient notamment sur les faux électeurs des 3eme et 5eme arrondissements de Paris, une longue saga judiciaire où l’on voit messieurs Dominati et Tiberi avoir recours à des pratiques peu avouables pour permettre au maire de Paris de faire « le grand chelem ».

C’est utile car dans une société où tout passe très vite, où un évènement chasse l’autre, on finit par oublier. Or, la notion de « système » est fondamentale. Ou bien on considère que c’est le procès d’un homme politique d’envergure qui ne s’occupait pas de l’intendance, ou bien on estime qu’il y a un clientélisme organisé et systématique en vue de porter cet homme au poste le plus élevé, celui de la présidence de la République.

Thierry Lévêque, d’une plume acérée, apporte des réponses précises. Si jamais le procès a lieu, ce sera le cœur des débats.

Partager cet article

Repost 0

commentaires