Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 12:07

 

azf1.jpgSINISTRES2.jpg

 

La grande salle Mermoz était loin d’avoir fait le plein : difficile de se libérer un lundi à 14H ; alors on voyait surtout les militants, les retraités, les femmes des cités qui avaient été touchées. Dès le début de l’audience, le président avait prévenu : il ne tolèrerait aucune manifestation ou débordement. Visage sévère le président de la cour d’appel indique qu’il ne va pas lire les 600 pages de l’arrêt, juste les conclusions.

Très vite les parties civiles ont compris : l’usine, son fonctionnement, son directeur étaient reconnus coupables par la justice. George Abellan, un ancien salarié d’AZF, malmené par ses camarades pour avoir stigmatisé l’usine et pointé le fonctionnement défectueux mis en place par le management. Il écoute, n’en revient pas. Tant d’années de combat pour voir triompher ce qu’il appelle la Vérité. Il a les larmes aux yeux.

En face les avocats de Total fulminent. Serge Biechlin écope de trois ans de prison dont un ferme qu’il devra effectuer sous le régime de la semi-liberté : il dormira donc en prison. Inimaginable pour ceux qui se battaient pour la confirmation de la relaxe de première instance. D’ailleurs les avocats de Total comme de Grande Paroisse manifestent à leur manière : ils enlèvent leur robe avant que la Cour ne se retire.

La lecture du « dispositif » va durer une heure. Grande Paroisse, filiale à 100% de Total devra acquitter en plus de l’amende maximum des dommages intérêts aux victimes et aux associations parties civiles à ce deuxième procès.

A la sortie, c’est vraiment la paix retrouvée. Quel contraste avec le jugement de première instance ou les victimes criaient au scandale devant la relaxe générale prononcée ! L’avocate de l’association des familles endeuillées, Stella Bisseuil, arborait le sourire des grands jours. «je suis heureuse : la Cour a des certitudes . Oui, il s’agit bien d’une explosion d’origine chimique et il y a bien dans le dossier des preuves accablantes contre l’industriel. La Cour a mis tous les éléments bout à bout et opère une conclusion magistrale. Désormais on connait les causes de l’explosion du 21 septembre 2001 »

 

STELLA1.jpgMaître Stella Bisseuil

Pascal Tailleux, pour la CGT était lui aussi heureux. Dans son arrêt, la Cour pointe la pratique de la sous-traitance et la formation insuffisante des intérimaires comme l’une des causes du sinistre.

Certains pourtant n’osaient croire en leur « victoire ». Jean François Grolier, le président de l’association des sinistrés du 21 septembre 2001, sait que Total va porter cet arrêt devant la Cour de cassation. Il peut donc être cassé un jour et la décision être toute autre après un deuxième procès en appel . « Je suis heureux aujourd’hui car la Cour a reconnu ce que nous n’avons cessé de crier dans le désert mais vous savez nos associations sont pauvres et Total a une armée de juristes et ne s’en privera pas devant la Cour de cassation. Pour eux c’est une question d’image ».

En effet Maitre Soulez Larivière , l’avocat de Grande Paroisse ne décolère pas. 

soulezMaître Soulez Larivière

« Tout citoyen qui va en correctionnelle est jugé en fonction des preuves rapportées devant les juges. M. Biechlin comme Grande Paroisse sont des citoyens comme les autres. Or il a été démontré qu’il n’a jamais été retrouvé de chlore ; sans chlore pas de réaction chimique. Ou est la preuve de cette piste chimique ? Cette décision comporte des aspects que je considère déraisonnables. Nous irons devant la Cour de Cassation et plus loin si il le faut. En attendant on va éplucher les 600 pages de l’arrêt »

dossier-azf.jpg


Le secrétaire général de Total, pourtant totalement mise hors de cause dans cette affaire, a réaffirmé que les deux millions et demi d’indemnités versées resteraient acquises quoiqu’il arrive.  « condamner alors qu’il n’y a ni preuve , ni certitude me semble incompréhensible ».

Une page se referme. La foule se disperse rapidement. La blessure infligée par l’explosion demeure mais la Cour vient de permettre a beaucoup de tourner la page.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires