Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:38

"L'une comme l'autre sont trop perturbées pour vous parler, elles sont terrorisées de se rendre devant une cour d'assises"  explique Me Clotilde Lepetit. Pourtant lundi prochain va s'ouvrir le procès pour viols collectifs dans des caves, des escaliers, des appartements de la cité HLM de Fontenay-sous-bois  commis entre 98 et 2002. 15 jeunes gens répondront du calvaire qu'ils ont imposé aux deux jeunes filles âgées de 16 ans à l'époque. Eux mêmes avaient entre 13 et 17 ans au moment des faits , ce qui explique la décision de les juger devant une cour d'assises des mineurs

 

aurelie.jpgNina

Aurélie a déménagé mais elle s'est rendue toutes ces années trois fois par semaine dans la cité pour s'occuper de son père malade. Celui-ci vient de décéder il y a quelques jours. Mais jusque là elle y allait la peur au ventre, surtout depuis qu'elle a osé porter plainte en 2005. Les menaces contre elle et sa famille n'ont jamais cessé.Elle est aujourd'hui maman, elle essaie de se reconstruire, mais a fait plusieurs tentatives de suicides. Tout comme Nina, ce sont deux jeunes femmes fragiles qui attendent de la justice une ferme condamnation à l'encontre de ceux qui leur ont pourri leur adolescence.

Mais rien ne va être simple. Tant de temps après les faits, les preuves manquent, les jeunes continuent de nier et disent que les jeunes filles étaient d'accord. "Il y a une vraie difficulté à juger une telle affaire tant de temps après les faits. Certains de ces jeunes ont fait leur vie, ils se sont réinsérés (à l'exception de Mahamadou Doucouré incarcéré pour avoir tué son ex-compagne). Ils risquent 10 ans de prison.Mais je ne sais pas sur quelles preuves la cour d'assises va s'appuyer. Tout tient dans le temoignage des rares témoins et des victimes. Cela sera difficile"dit Me Lepetit.

Début du procès lundi matin à Créteil 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MARCINIAK Annie 14/01/2013 21:19

Madame,

Je suis avec beaucoup d’intérêt vos articles.
Vous nous proposez la lecture de Justice pour les Nuls et effectivement c'est bien nécessaire avant d'aller en Justice.
Par ailleurs moi-même, simple justiciable, victime de dysfonctionnements judiciaires, je milite au sein de diverses associations pour dénoncer notre système judiciaire.
Pour 6 mois de loyers impayés à ma mère, 10 ans après je suis toujours en justice.1er avocat mis en examen et radié, 2ème avocat : collusion avec la partie adverse, etc....Le corporatisme aidant on
n'arrive pas à se faire entendre, les professionnels sont bien protégés par leurs confrères.
J'ai entre autre listé divers conseils préventifs pour ceux qui envisagent une procédure, et, qui sont comme beaucoup de justiciables néophytes en la matière.
Ils sont dans le site d'ANVEDJ sous le titre "Conseils d'amis avant toute procédure"
Ce n'est qu'une ébauche, qui demanderait à être perfectionnée mais qui donne déjà un aperçu du parcours du combattant que représente une procédure et quels sont les pièges à éviter.
J'ai fait une grève de la faim avant les élections législatives, pour dénoncer le fait que la commission d'enquête sur Outreau n'a servi à rien et que nos députés n'ont rien fait pour défendre le
résultat de leur travail, qui est parti dans un tiroir aux dires de M.Philippe HOUILLON, dans son ouvrage : AU COEUR DU DELIRE JUDICIAIRE. Mais la presse a refusé de relayer l’évènement.
Voir aussi le site (en construction) :
http://www.indignes-justice.fr
De nombreuses associations se sont créées à travers la FRANCE, mais en vain à ce jour. Les justiciables ne sont pas entendus.
J'ai pour ma part bien apprécié le livre "JUSTICE REPARATRICE", vers laquelle il serait bien de se diriger.
Nombreux conflits pourraient déjà être réglés ainsi et cela désengorgerait les tribunaux, mais comme m'a rétorqué un avocat,: "si l'on va vers la médiation, les avocats vont se retrouver sans
travail"....
Une réforme en profondeur serait à faire, et à tous les niveaux de la justice.
Il faut être en contact avec les justiciables, pour voir les conséquences dramatiques d'une justice mal rendue, parfois du fait des juges, parfois du fait des auxiliaires de justice, de
complicités, réseaux.

Bien cordialement

Annie MARCINIAK