Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 12:38

Dans la gamme des sanctions possibles à l’égard du juge Burgaud, celle de « simple réprimande » est sans doute la plus ridicule: c’est en tous cas la sanction la plus basse de la gamme. A peine infligée, elle est qualifiée par Maitre Jean Yves Dupeux , l’un des avocats du jeune juge, de décision « absurde  de compromis, issue de pressions politiques. C’est effectivement une décision qui ne tranche pas entre le trop et le trop peu.

 Les acquittés d’Outreau qui ont vécu l’enfer de la prison, le déshonneur, la privation de leurs droits parentaux,  ne peuvent pas se satisfaire de cette sanction : « c’est une affaire trop lourde de conséquences pour trop de gens , ce serait trop grave que cela se termine comme ça »a réagi Karine Duchochois, l’une des mises en cause . Avec cette décision, le fossé entre la justice et les citoyens ne manquera pas de se creuser un peu plus.

J’ai assisté à plusieurs audiences de la juridiction du CSM devant laquelle a comparu Fabrice Burgaud ; ce fut un défilé de témoins pour dire que le jeune juge était compétent, honnête, travailleur, intègre et j’en passe. Jamais le juge n’a reconnu la moindre erreur.Par ailleurs, il faut savoir que la loi d’amnistie promulguée à la suite de l’élection présidentielle de Jacques Chirac rend impossible les poursuites pour des actes d’instruction antérieurs à avril 2002. Hors le juge est resté en poste à Boulogne jusqu’au mois d’août. Pour le stigmatiser sur une faute précise la fenêtre était étroite.

Ses avocats ont eu beau jeu de rappeler que 64 magistrats ont eu à connaître de ce dossier de pédophilie et que Fabrice Burgaud ne devait pas devenir le bouc émissaire de cette histoire. On ne s’étonnera donc pas que l’ex juge d’instruction ait déjà décidé de déposer un recours devant le Conseil d’Etat : « il doit être définitivement lavé et rétabli dans son honneur » avait lancé Maître Patrick Maisonneuve en terminant sa plaidoirie.

 Les juges ont entendu cet appel : ils n’ont pas relevé de violation grave et délibérée d’une règle de procédure, pas de manque de rigueur d’une particulière gravité, pas d’atteinte aux droits de la défense. C’est le système, pas le juge qui est responsable…

La chancellerie n’a donc pas réussie à ébranler ces certitudes : l’institution reconnaît du bout des lèvres un manque de rigueur et peut être un manque d’impartialité de ce  bon élève, bien classé à sa sortie de l’ENM (école de formation des magistrats). Mais un juge du siège ne doit pas être critiqué, il en va de l’indépendance de la Justice.

 Les acquittés apprécieront…

Partager cet article

Repost 0

commentaires