Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 10:40

La cour d’assises d’Aix en Provence a la réputation d’être un lieu ou les décisions se prennent à la vitesse du vent. Quand elle a jugé Maurice Agnelet elle a rendu son verdict après deux heures et demie de délibération, prenant avocats et journalistes par surprise. Aussi hier quand la cour s’est retirée vers 13.15, chacun s’est trouvé un petit restaurant proche du palais de justice pour attendre.

Une attente insupportable pour Laure Leschiera qui elle ne peut rien avaler: la fille du berger porte la mort de son père sur ses épaules ; elle avait six ans quand il a été tué de deux coups de chevrotine dans le dos à 6 heures de matin alors qu’il allait rejoindre son troupeau à moto. Alors Laure n’a pas voulu entendre la plaidoirie de Maître Lombard, le défenseur d’Alain Verrrando. Elle dit « mais personne ne rappelle les huit ans d’enfer qu’ils nous ont fait subir avant. Cela ne signe pas le crime ça ? »

Non, elle n’aurait pas pu entendre Maître Lombard supplier les jurés d’acquitter Alain Verrando, « le chasseur devenu gibier ». L’avocat à la crinière blanche souligne les errances de la procédure : « dans cette affaire, il y a deux assassins pour un seul crime, c’est un Titanic judiciaire, un Yéti du droit pénal : un monstre ! » Puis pour la défense de son client il souligne qu’il n’y a aucun témoin qui le mette en cause, qu’il n’est pas propriétaire de l’arme, que son alibi est solide. « je vais même vous prouver qu’il était encore à Menton le matin du crime : on a retrouvé son réveil, avec l’aiguille de la sonnerie sur 6H50. Or il a toujours donné cet emploi du temps, toujours ! Et pour sauver le navire judiciaire qui coule, vous voudriez condamner cet homme ! »

 Derrière cet ultime plaidoirie, Jérome Verrando, 16 ans au moment des faits se lève le premier pour s’exprimer une dernière fois face à ses juges « Je suis innocent, c’est tout » ; Puis Alain contre lequel 20 ans de réclusion ont été requis se lève, plus ému : « je n’ai pas tué Pierre, je suis innocent ! ». Les jeux sont faits, chacun retient son souffle. La cour se retire.

A peine deux heures plus tard les avocats, les familles sont rappelées au Palais de justice. La famille Verrando est cantonnée au fond de la salle debout. La famille Leschiera se serre sur les bancs de la partie civile. Le président Deschamps et les jurés ne tardent pas. Verdict : double acquittement pour Jérôme et Alain. Ils tombent dans les bras l’un de l’autre et pleurent de joie. A quelques mètres, les sanglots de désespoir de la famille du jeune éleveur si lâchement assassiné.

Deux familles broyées par une enquête de gendarmerie mal faite, des juges d’instruction paresseux (ils ne se déplaceront jamais sur les lieux !), des experts incapables et des acrobaties procédurales. 17 ans après les faits, l’espoir de mettre un nom sur le coupable de l’assassinat de Pierre Leschiera s’est évanoui. Le crime restera sans doute impuni. Dans leur village de Castellar, Jérôme dit qu’il va continuer à chasser et Alain qu’il continuera à croiser la famille de Pierre sans problème et même qu’il a de la peine pour Paule qui a perdu son gamin…

Toute la famille Leschiera est partie se réfugier dans leur hôtel du centre d’Aix en Provence. Le père de Pierre, comme foudroyé par ce verdict, n’a pu que brandir en direction des photographes la photo de son fils comme un ultime hommage silencieux et en même temps comme une protestation muette face à ce qu’il considère comme une profonde injustice. Les deux parties vont attaquer l’Etat pour dysfonctionnement du service public de la justice. Maître Gilbert Collard a dénoncé un Outreau des victimes. C’est en tous cas une faillite retentissante pour l’institution judiciaire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

domaine 15/05/2009 14:01

Et la justice anglaise n'est pas simple non plus !

delphine 10/12/2008 08:00

Bonjour,
Je suis une habitant de longecourt en plaine, je suis également très choqué par la fermeture de la pharmacie de longecourt en plaine ( ouverte depuis 10 ans ), j'ai également écrit à TF1 sans aucune réponse, nous avons besoin de votre soutien rapidement, tout les habitants se mobilisent, plusieurs articles ont été rédigé dans notre journal local, nous sommes une petite commune, et nous avons besoin d'une pharmacie sans oublier que 7 personnes sont au chomage
Espèrant retenir votre attention
Merci d'avance

jean-michel DUBRULLE 27/11/2008 09:50

bonjour
mon propos n'a de rapport avec le sujet que la justice francaise et ses décisions.
J'habite un village de 1300 habitants et voici qu'aprés 10 années de fonctionnement, par décision du tribunal, la pharmacie est obligée de fermer ses portes...avec toutes les coséquences que cela implique....mon but en écrivant ici est d'attirer l'attention des medias dans le cadre du comité intercommunal de soutien contre la pharmacie de 21110 LONGECOURT EN PLAINE.
Je sais que l'emplacement de mon message n'est pas le bon et vous autorise à le déplacer si nécessaire mais ne serai-ce de savoir qu'il a été lu me fait chaud au coeur.
Après certaines décisions de justice il est des cas où l'on ne sait plus vers qui se tourner.
Je sais aussi que le responsable de notre comité de soutien a téléphoné à la rédaction du JT de TF1 mais sans doute notre village est-il trop petit pour intéresser les "Grands journaux".
je vous remercie de votre attention.