Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 18:52

L’audience de la 15éme chambre du tribunal correctionnel de Paris, c’est une vingtaine d’affaires que les juges doivent expédier dans l’après midi. Parmi elles, il y a les cas renvoyés  et ceux qui seront plaidés à l’audience. La première affaire concerne un homme de 61 ans, intelligent, honorable, travaillant pour l’atelier d’urbanisme de la ville de Paris. Problème il s’est laissé aller à caresser dangereusement les fesses de sa fille, faits dénoncés par la mère et examinés à l’hôpital Trousseau. « C’était jeux de mains, jeux de vilains, comme on dit, monsieur le président ; ma fille avait envie de chahuter, on avait des contacts tactiles… ».L’homme ne reconnaît pas les faits, la  juge assesseur s’énerve « vous n’avez pas l’air de vous rendre compte que c’est aussi grave que de porter des coups. La petite peut en être aussi perturbée ! ».  Le déballage familial dure presque une heure.

L’audience suit son cours.

L’affaire qui nous intéresse attendra. Ruddy n’a pas d’avocat. Priorité à ceux qui en ont un, fait savoir la greffière.

Ruddy sort de la salle et raconte son histoire

Il est chauffeur livreur. Séparé de sa femme depuis un an et demie, il a la garde de son petit garçon pendant une semaine cet été. Nous sommes le 14 août. Malheureusement il travaille. Comme il y a peu de livraisons à effectuer, la plupart des clients des supermarchés de ce quartier sont en vacances, il emmène son fils de 5 ans avec lui. A l’heure du déjeuner, il fait une halte au jardin du Luxembourg. Le gosse s’élance sur sa trottinette, dans sa poche il y a le téléphone portable de son père. Au cœur du jardin il y a un espace fermé payant dédié aux jeux de toboggans, cages à écureuil et autres défis sportifs. Le père et le fils y pénètrent. Le téléphone professionnel du père retentit ; Vite une course à livrer. En un quart d’heure tout sera réglé, se dit le père. « Je te laisse Mathieu, tu es sage, tu as le téléphone, je reviens vite »Et le père s’en va. Quand il revient, plus d’enfant. Au téléphone, son fils lui dit qu’il est au commissariat. Ruddy fonce le reprendre. Et là il est cueilli par quatre fonctionnaires de la brigade des mineurs et il démarre une garde à vue de deux jours et demie !

« Les policiers m’ont demandé les clefs de chez moi, ils ont tout fouillé, ont interrogé les collègues, ont appelé ma mère à Montpellier, ont incité la mère de l’enfant à porter plainte. Pour les policières, c’était un cas d’école, il fallait faire un coup médiatique. Je vais assumer seul ma défense. Je regrette aujourd’hui ce que j’ai fait. J’aurai du prendre Mathieu avec moi ou le faire garder. J’ai eu tord mais de là à me traîner dans la boue ! Maintenant, je fais plein de cauchemars. Ces policières m’ont aussi causé un préjudice énorme. On m’a enlevé quatre jours de salaire, je n’ai pas pu partir en vacances, et mon fils il me parle tout timidement au téléphone. » Ruddy dans son ensemble jeans bleu n’a rien d’un délinquant. Il veut affronter ses juges parcequ'il en a assez de toute cette histoire « Je sais que j’ai commis une faute grave » dit- il avant de s’engouffrer dans la salle d’audience.

On a plutôt l’impression d’une grosse imprudence faite à un moment ou les pouvoirs publics étaient particulièrement sensibilisés sur les abandons ou disparitions d’enfants…et d’un engrenage judiciaire disproportionné.   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

rota 03/11/2008 20:07

Témoignage d'un père
Il y a des parents qui ont l'apparence de la
normalité, cependant ils se cachent derrière une
fausse image et donnent un autre aspect de leur
vraie personnalité.
Le récit qui va suivre révèle la vraie teneur
et le comportement d'une mère, à l'égard de ses
responsabilités maternelles.
De notre union, un petit garçon a vu le jour
pour la première fois le 6 Février 1994.
Après ma séparation avec sa mère, j'ai
quitté la ville de Romans pour Chambéry,
cependant mon ex ne me facilitait pas le droit de
visite à l'égard de mon fils J...
Pendant plusieurs semaines, lors ce que je
me rendais au domicile de mon ex, je trouvais la
plupart du temps la porte fermée. Je restais ainsi
dans l'impossibilité de voir mon fils.
Trois ans plus tard, c'est le drame, lors ce
que je vais chercher mon enfant J... Je vis mon fils
faire une fellation au compagnon de mon ex.
J'étais là face à une scène immonde et
encore le mot est bien trop faible pour dire ce que
j'ai ressenti. Mon sang n'a fait qu'un tour, les yeux
aveuglés par la colère et remplis de haine, mon
poing arriva avec une force que je ne saurais
mesurer, il atterrit sur le visage de ce monstre qui
s'écroula immédiatement sur le sol, le visage en
sang. Avec une grande détermination, je pris
aussitôt mon fils J... et nous quittons cet endroit
lugubre.
Dans la voiture qui nous conduisait à mon
domicile le silence était de rigueur, les images
n'arrêtent pas de défiler dans ma tête, je revois la
scène en boucle.
Quant à J... Il va de même pour lui,
comment trouver les mots appropriés pour
apporter l'aide nécessaire à mon fils ?
Mon obsession est de faire justice, dés notre
arrivée à Chambéry, nous nous rendons au
commissariat de police pour porter plainte.
Comme une mauvaise surprise ne va jamais
seule, j'emmène J... en urgence chez le médecin,
il en résulte qu'il doit subir d'urgence une
intervention chirurgicale (Phimosis**est un rétrécissement de l'anneau préputial)).
Sans plus attendre, j'informe mon ex de l'état de santé de
notre fils et qu'il souhaiterait qu'elle vienne à son
chevet. Une fois de plus, je me trouve face à son
refus.
Pendant ce temps-là, je suis déterminé à
poursuivre mon combat face à la justice. Je pose
des affiches en dénonçant le viol de J...Quelques
jours plus tard, je passe une nuit de garde à vue,
suite à cela, j'ai été condamné par le tribunal
correctionnel à de la prison ferme.
Je ne savais pas que l'on pouvait être
incarcéré pour avoir défendu l'honneur de son
enfant.
Voulant prouver mon innocence, je fais appel
au dit jugement, seulement le résultat n'est pas
brillant, la dénonciation calomnieuse n'a pas été
retenue (affiches) pourtant, ils m'ont condamné
pour non-représentation d'enfant.
En voulant faire valoir la loi, je me trouve
face à une spirale judiciaire, mon ex, tente de me
retirer le droit parental, je me constitue partie civil
à l'encontre de son compagnon.
Je suis très rapidement convoqué par un juge
d'instruction de Valence, il va mettre ma parole en
doute et il me condamne. Pendant ce temps-là, un
incendie d'origine criminelle est survenu dans une
usine, je ne sais pas comment cela est arrivé, mais
je me trouve impliqué injustement dans ce dit
incendie et je me retrouve pour la seconde fois en
prison.
Durant la même période, mon fils J... est
convoqué par le même juge afin de connaître la
vérité. Sans avoir eut au préalable une
confrontation, ni expertise, lors du jugement, il en
résulte un non-lieu et condamné au payement de la
somme de 500 € pour procédure abusive.
Au fil des jours et des semaines, le silence
s'installe entre moi et mon fils sans connaître la
raison. Deux ans plus tard, Noël 2002, j'accueil
mon fils et il me révèle qu'il me croyait mort !
Juillet 2003, période de vacances J... est de
nouveau avec moi, il est penché sur son cahier de
devoirs, subitement il se mit à pleurer !...
- Que t'arrive t'il mon fils ?
En sanglots, J... lui dis.
- Quand, je vais chez la nounou, il y a un
monsieur qui vient s'allonger sur le lit à mes côtés,
il me pose un bandeau sur les yeux, puis me fait
sucer des fruits différents, puis, il m'introduit son
s...
Ce n'est pas possible, j'en crois pas mes oreilles,
le cauchemar est sans fin, pour couronner le tout, je ne
suis plus tout prêt, pour des raisons professionnelles,
j'ai dû m'installer dans le Var, que puis-je faire
continuer à me batailler au quotidien pour faire éclater
la vérité au grand jour.
Je suis à bout de souffle, mes forces s'épuisent
au fil de ces années passées à me battre contre des
moulins à vent de ne pas être la victime mais le
coupable présumé.
Malgré cela, je continu à crier mon
désespoir, j'alerte le Ministre de la Justice ainsi
que le Ministre de la famille et de l'enfance, les
médias presse, etc... mes ultimes efforts sont vite
restés sans la moindre réponse.
10 Janvier 2006, le vice procureur de la
République de Valence m'écrit en me précisant
ceci : j'ai pris connaissance de votre plainte en
date du 24 Octobre 2005 et par la présente je vous
informe que les accusations portées par vous ne
sont pas fondées.

Fin Novembre 2006, je reçois un courrier de
Monsieur Sarkozy, dans lequel ; il comprend le
désarroi de ce père... il a transmis mon dossier au
garde des sceaux. Qui est à ce jour sans réponse !
Une lueur d'espoir arrive en ce 8 Janvier 2007, je
sors rempli de joie du cabinet du juge d'instruction de
Valence, J... est reconnu victime de viol, compte tenu
qu'au moment des faits il avait les yeux bandés, il est
dans l'incapacité de décrire son agresseur. Il va devoir
de nouveau prononcer un non-lieu.
J'essaye en vain de dire au juge que mon fils
avant d'avoir les yeux bandés, il a vu l'individu en
face de lui.

J... à aujourd'hui 13 ans, me concernant, je
me suis remarié et je suis père de 4 enfants, nous
sommes une famille, avec tout cela, face à cette
impuissance de montrer la vérité, dans un pays où
les droits de l'homme doivent avoir une vraie
valeur.
Que l'histoire de J...ainsi que mon combat
pour lui puisse servir d'exemple et que la
maltraitance et les abus sexuels envers les enfants
puissent être sévèrement punis.
Le monde va mal, la maltraitance progresse
de jour en jour, malgré la mobilisation des
structures et des institutions, cela va de nous tous
et de notre conscience, de réagir dans une lutte
commune et d'enrayer ce fléau.
Pour ma part mon combat continu...
Rota bruno

le 22/02/07

lettre recu ce jour :
le vice president charger de l'instruction a rendu ce jour ue ordonnace de non lieu
valence le 21/02/07

je fait appel de suite !...

Appel A CONFIRMER LE NON LIEU !

J'ai fait une plainte a la cour europeenne des droits de l'homme !

le 17 octobre 2008 !
"la cour n'a relevee aucune apparence de violation des droits et libertes garantis par la convention ou ses protocoles "

(le meme jour mon ex me previent qu'elle viende mettre au monde un autre garcon !)



donc 3 pedophiles sont en liberte en france ....

pays des droits de l homme ?........

bruno rota

........................................................................................................................

je cherche toute sorte de soutien a tous genre !!!

lettre de soutien ou autre !!! (58 RUE TELON 83100 TOULON )
merci de prendre contacte pour me dire ce que vous pensez de cela ?

ROTA.BRUNO83@orange.fr (adresse msn aussi pour info )

Laure Debreuil 10/11/2008 12:09


j'espère que la justice finira par vous entendre. Je ne peux évidement prendre position sur un dossier que je ne connais pas et je vous remervcie pour votre commentaire .