Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 13:08

Il a déjà purgé six ans de réclusion criminelle et il avait encore de longues années devant lui. Marc Machin est un miraculé de la procédure judiciaire, un cas dans les annales judiciaires. Cet homme a été condamné à 18 ans de prison pour l’assassinat, viol et vol de Marie-Agnès Bedot le 1er décembre 2001 sous le pont de Neuilly. Mais voila, un autre homme, David Sagno est entré en mars dernier dans un commissariat de la Défense pour s’accuser du meurtre de cette femme et également d’une autre femme quelques années plus tôt

Aujourd’hui la commission de révision des condamnations pénales vient de juger que dans cette affaire Marc Machin doit bénéficier d’une suspension de peine. « Cela ne signifie pas qu’il est blanchi par la justice mais il y a suffisamment de doutes dans ce dossier pour qu’il recouvre la liberté » a expliqué l’avocate générale.

 

Pourtant deux cours d’assises ont statué sur le cas de Marc Machin et l’ont lourdement condamné. Le dossier tenait essentiellement sur ses aveux en garde à vue et sur un témoin qui l’a formellement identifié non loin de la scène du crime. Aujourd’hui, les méthodes scientifiques permettront peut-être d’établir une autre vérité : l’avocate générale  Hélène Magliano a souligné l’existence d’éléments nouveaux. D’abord les experts ont retrouvé une trace ADN sur les vêtements de la victime qui appartient à David Sagno. Ensuite d’autres investigations ont été menées : « Compte tenu de l’état de la victime on a compris qu’il y avait eu une lutte assez violente entre la victime et son agresseur. Et maintenant on sait que sous un ongle de la victime on retrouve encore la trace ADN de Sagno »

 

Marc Machin est aujourd’hui en prison à Rouen. Il aurait pu être libéré aujourd’hui. Le problème est qu’il a eu une altercation en prison avec un surveillant et qu’il a été condamné à  45 jours de mitard et trois mois fermes pour cet écart de conduite."On attendait ce jour avec impatience dit son père. Compte tenu des remises de peine il devrait sortir début septembre. Il faudra l'encadrer parcequ'après tout ce qu'il a vécu au cours de ces six ans, il est fragile. J'ai toujours dit que ce n'était pas lui, qu'il fallait chercher dans le milieu des SDF. Mon fils avait le profil idéal parcequ'il a fait pas mal de bêtises. Sa mère est morte quand il avait quatre ans, il a été placé à la DASS; je l'ai récupéré quand il avait 14 ans mais il était déjà instable. Heureusement que l'assassin s'est dénoncé ! c'est tellement hors norme, une chose rarissime!" 

 

Le parcours judiciaire de Marc Machin n'est pas terminé pour autant. Il faudra que son cas soit examiné par la Cour de révision qui seule pourra le blanchir définitivement. La révision des condamnations criminelles définitives est très rare. Rappelez-vous l’affaire Seznec pour lequel la cour n’a pas voulu prendre en compte les éléments à décharge pour la mémoire du célèbre  bagnard...

Partager cet article

Repost 0

commentaires