Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 17:39

Michel Quesne a été condamné hier soir par la cour d’assises de Paris à 12 ans de réclusion criminelle pour avoir violé sa fille entre 84 et 93. Un verdict qui pourrait paraître banal et pourtant il clôt une procédure exceptionnelle puisque c’est la troisième cour d’assises qui se prononce. 

Michel Quesne, agriculteur dans la Sarthe est d’abord condamné à 16 ans de réclusion en 99, jugement qui a été annulé après intervention de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. On recommence tout, cette fois à Angers en 2006, et la cour d’assises inflige 17 ans a cet homme décrit comme dur, autoritaire, et qui prétend que sa fille fabule. Michel Quesne fait appel et le voila qui se présentait libre devant la cour d’assises de Paris.

La jeune femme s’appelle désormais Alice Collet (ex Christelle Quesne). Elle est une victime sincère, convaincante, émouvante et le temps ne change rien à ses blessures. Elle n’a pas été ménagée lors de cet ultime procès. Des questions dérangeantes, intimes lui ont été posées. Des expertises et contre-expertises gynécologiques ont été brandies par les avocats. L’état de son hymen soupesé au trébuchet. Mais la jeune femme n’a pas cillé. « Ce qu’elle voulait c’est la reconnaissance de ce qui s’est passé. Elle a très bien accueilli le verdict, explique son avocat Maître William Bourdon. D’une certaine façon le fait qu’il soit condamné à moins d’années de prison lui convient : ce sera poins lourd à porter, elle n’a pas envie en plus de se sentir coupable de ce côté là ». Michel Quesne lui n’a jamais rien concédé, n’a jamais semblé ému devant la souffrance de sa fille. Avant que la cour ne se retire il s’est plaint d’un dossier égaré par la justice.

« C’est l’aveu impossible du père face au mensonge impensable d’une petite fille de 11ans » a conclu Maître Bourdon.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires