Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 12:57

La cour d’assises de Melun a achevé ses débats ce matin en donnant la parole aux deux accusés. En face du boxe se tiennent, sereins, le mari et la fille de Nelly Crémel. L’instant est comme toujours d’une certaine solemnité.

Deux compères dans le crime, et deux tempéraments. Serge Mathey, le plus jeune, se lève ému. Il affronte pour la première fois un procès criminel. D’une voix temblante, il tente de s’excuser auprès de la famille Crémel : "J’ai agi par lâcheté, j’aurai du être plus courageux ; au dela de la prison, je me sentirai toujours coupable". Mais au milieu de ses remords tardifs, il glisse tout de même une phrase destinée aux jurés "Je ne pouvais pas faire autrement, j’ai été menacé".

Tout autre est l’attitude de Patrick Gateau qui n’affiche que mépris pour son ancien co-équipier. "J’ai beaucoup de responsabilités dans cette affaire mais je n’ai jamais fait de mal ni porter de coups à Madame Crémel, pas comme ce guignol qui n’a même pas le courage de reconnaître ses tords".

Puis l’homme, assuré, massif, hausse le ton. Il se rebiffe contre le fait d’être devenu le symbole du multirécidiviste dangereux dénoncé par Nicolas Sarkozy alors ministre de l’intérieur. Il le dit avec ses mots : "Il y a eu un concours de popularité sur ma personne. S'il n’y avait pas eu ce drame, il (Nicolas Sarkozy) ne serait peut-être pas président de la République !" Et il ajoute : "Je veux être condamné sur la juste valeur de ce que j’ai fait".

Puis le président de la cour d’assises a précisé que le jury devra répondre à 32 questions qui cernent la responsabilité des deux hommes dans ce crime et qui permettra de fixer la peine.


Verdict mercredi après-midi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires