Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 23:12

Le procès de l’assassinat de Nelly Crémel s’est ouvert ce matin dans le calme. Il n’y avait pas cette grande foule de curieux qu’on peut voir dans certains procès à sensation. Une brochette d’avocats pénalistes chevronnés pour la défense  (Maître Collard , Maître Levy, Maître Martial), une avocate plus discrète qui fuit la presse, Maître Catherine Bahuchet pour la partie civile. Au milieu de la salle moderne, les pièces à conviction, armes à feu mais surtout rondins de bois qui ont servi à assassiner Nelly Crémel. Le président Yves Jacob est un vieux routier de la cour d’assises ; c’est un homme affable qui veille au confort des jurés et leur explique avec pédagogie la marche à suivre. Sur le banc de la partie civile, un homme seul : le mari de la victime, militaire de carrière qui a le grade de commandant à la DGSE. Un visage en lame de couteau, un costume sombre, une grande dignité dans son maintient.

Les deux accusés entrent. Serge Mathey, 29 ans a une tête de garçon sans histoire, Patrick Gateau, 51 ans, lui est plus massif, cheveux très courts, regard perçant.

Cet homme a passé 35 ans de sa vie en prison, très exactement 6.571 jours comme il le précisera plus tard. Il est celui à propos duquel Nicolas Sarkozy alors ministre de l’intérieur avait demandé « ce qu’il allait devenir du magistrat qui avait osé remettre un monstre pareil en liberté ».

Les débats à la cour d’assise commencent par la lecture de l’acte d’accusation. Alors se déroule le film de cette rencontre sanglante. La joggeuse qui croise la route de ces deux hommes à la recherche d’argent facile et d’un cambriolage juteux dans cette partie aisée de l’Ile de France. La rencontre, l’enlèvement, la mort donnée à cette jeune femme simplement parce qu’elle n’a que 20 euros sur elle mais qu’elle pourrait les dénoncer, porter plainte. Alors ils se sont acharnés sur elle pour l'éliminer. Les débats ultérieurs permettront sans doute de mieux cerner qui a fait quoi, l’un et l’autre se renvoyant la responsabilité de la mort de Nelly Crémel. Un rappel des faits qui provoque un sanglot contenu chez son mari.

Puis les débats du jour vont porter sur la personnalité du premier accusé : Patrick Gateau. Le président l’interroge sur son enfance « Je ne suis pas là pour m’apitoyer sur mon sort. Je suis là parce que j’ai fait une connerie et que je dois payer » lache-t-il. De son enfance, il dira juste «Je ne veux pas en parler ; pour moi, c’est comme un film en noir et blanc ». Père alcoolique, mère femme de ménage. Une sœur handicapée mentale, un petit frère qu’il entraîne dans la délinquance. Un voisin de l’époque témoigne : « quand les gendarmes arrivaient, il montait de lui-même dans l’estafette ». Car très vite il se fait remarquer par de petits larcins. De sa scolarité on retiendra qu’il est noté plutôt comme un enfant solitaire et intelligent, même si l’école est vite abandonnée. Devenu adulte, il totalisera 11 condamnations, dont la plus lourde est l’assassinat d’une femme avec un complice pour lui voler sa voiture. C’était en 84. Confondu trois ans plus tard, il part purger sa peine en centrale."18 ans et pas 15 !" vient-il rappeler à la barre. Et on le voit tenter de préparer le bac L, puis s’inscrire dans des cours de philosophie et de langue. Pourquoi ?demande le Président : « j’aime bien la réflexion. Cela m’a aidé à m’en sortir tout seul, un certain savoir vivre, surtout à survivre ». Le détenu modèle travaille et met à profit son CAP de cuisinier pour exercer ses talents sur place. Il fait un concours de recettes, participe à la rédaction d’un livre. Puis il est aussi peintre et poète. D’ailleurs il correspond avec des femmes au dehors et les séduit par sa verve littéraire.    

C’est ainsi qu’il rencontre sa future femme « Ma femme, la plus belle chose de ma vie » Elle a dix ans de plus que lui, qu’importe, il l’aime, il l’épouse. Elle le logera, lui trouve un employeur. Lui n’a jamais posé de problèmes en détention, accepte les rares rendez-vous avec la psychologue. Il est sur les rails pour le régime de semi-liberté. Il est réinsérable.

 Il sort avec un fort encadrement psycho- social et un juge d’application des peines à aller voir chaque mois. « Un type formidable ! »dit l’accusé.  Six mois plus tard on lui accorde une liberté conditionnelle.

Là, intervient un épisode qui va enrayer la mécanique de la réinsertion. L’administration pénitentiaire lui accorde le doit d’aller vivre en Seine et Marne et son dossier est transféré d’Alsace à un juge d’application des peines débordé. Alors que Patrick Gateau doit le rencontrer tous les mois, il ne le voit que de loin en loin et souvent juste pour se voir apposer un tampon sur sa convocation ; idem pour le psychologue non moins débordé. Alors le multirécidiviste reprend ses vieilles habitudes. Les petits boulots payés avec des chèques emplois service ne suffisent pas à payer les frais du ménage. Et la violence qui a toujours existé chez lui refait surface alors qu’aucun psy ne vient apaiser ses angoisses.

Cet homme montré du doigt à la Nation comme le symbole des multirécidivistes qu’il faut « éliminer de la société » se rebiffe. « J’aurai pas un procès équitable. Je suis là par politesse et pour les faits. Mon espoir est perdu, c’est certain »

Patrick Gateau se rassoit. L’audience est suspendue. Dehors l’avocate de la famille Crémel analyse sereinement ce parcours criminel : « là ou il faudrait redoubler d’efforts et de suivi, c’est dans les années qui suivent la sortie. L’absence de soins en prison conjuguée à une sortie sans garde-fous provoque la récidive ». D’ailleurs la directrice de la maison d’arrêt l’avait dit à l’époque. « Si c’était à refaire, je re-signerai sa libération conditionnelle ».

C’etait inattendu, aujourd’hui le débat s’est déplacé de la mise à l’écart des multirécidivistes (peine de sûreté) aux moyens mis dans la réinsertion des condamnés à de longues peines.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sarv 25/08/2016 13:16

Sarv will be recognized and respected as professional, innovative, profitable information, and knowledge-based enterprise; demonstrated by a focus on results, innovation, quality, speed and the highest standard of business ethics with the objective of growing into a global service provider.

infoteck 12/08/2016 11:03

http://infoteck.in/
http://bijaykhaitan2.blogspot.in/
http://bijaykhaitan1.blogspot.in/
http://onlinerailway456.blogspot.in/
http://infoteckbijiy1.blogspot.in/
http://nrgcollege1.blogspot.in/
https://bijaykhaitan4.blogspot.in/

Komal kumari 12/08/2016 11:03

http://infoteck.in/ Solution offers you Software Development Life cycle,Accounting Concept,Financial Accounting Module,Fundamentals of Inventory management,Students will be able to acquire adequate knowledge of business (http://infoteck.in/) processes which will help them in making provisions in the system to respond to changes in business in future.

Free online training in software projects

Read more details in website ..... http://infoteck.in/

TRUCKWALK 29/04/2016 14:26

TRUCKWALK.COM is an online transport service provider portal for transport industry offering need based transport services incorporating lorry, trucks, loading tempo, containers and packers & movers for like household shifting, office shifting, industrial goods movement and so on.

http://www.truckwalk.com/

Best girls college in Rajasthan 29/04/2016 14:25

NRGC is best Girls College with Hostel, located in Jhunjhunu, Girls college in jhunjhunu for Bsc, Girls college in jhunjhunu for BA

http://nrgcollege.org/