Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 15:48

Parmi les fonctionnaires mécontents qui défilent cet après-midi, figurent en bonne place les gardiens de prison. Les syndicats de la pénitentiaire étaient reçus ce matin à Matignon. « Nous sommes dans une situation ingérable et on ne voit pas la moindre solution à l’horizon ! » m’a indiqué Stéphane Barraut, secrétaire général adjoint de l’UFAP alors qu’il était dans le cortége parisien.

La situation des prisons françaises est explosive 

Au 1er Mai, il y avait 63. 645 personnes incarcérées pour 50 631 places de prison. Soit 14.000 personnes supplémentaires à caser dans des cellules de 9 m2 . Concrètement en plus des lits superposés, le dernier arrivé dort sur un matelas à même le sol. Ils seraient plus de mille détenus dans ce cas affirment les syndicats.


Les raisons de cette surpopulation sont doubles :


-absence de grâces collectives


-instauration de peines plancher pour les multirécidivistes.Ce durcissement législatif a conduit plus de condamnés à effectuer des peines plus longues. (Augmentation de 3000 détenus depuis la promulgation de la loi) 


Et les perspectives d'amélioration sont à long terme :


-construction de nouvelles prisons : 13 200 places supplémentaires seront réalisées d’ici 2012


- une politique d’aménagement des peines comme alternative à la prison : 11% des détenus en bénéficient déjà, 3000 détenus effectuent leur peine avec un bracelet électronique permettant de savoir à tout instant où ils se trouvent.


- La nouvelle loi pénitentiaire qui devrait limiter le recours à la détention provisoire. Le justiciable pourrait être assigné à résidence avant de passer devant un juge.


Enfin, la ministre de la Justice a promis de prendre un décret pour permettre que tout détenu condamné puisse bénéficier d’une cellule  individuelle. 

Mais on ne voit pas très bien comment cette bonne intention sera réalisée dans ce contexte matériel très tendu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

COLOMBE 10/06/2008 17:28

Depuis le 29 avril 2008 , les travailleurs sociaux des Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation (SPIP) se mobilisent contre le projet de réforme de leurs statuts. Contrairement à l’autosatisfaction affichée par Mme DATI dans Libération en date du 09/06/2008 , il s’avère que la manifestation nationale historique du 05 juin réunissant plus de 1000 travailleurs sociaux venus de toute la France place Vendôme n’a pas trouvé le moindre écho chez elle.

Mme DATI avait déjà refusé de rencontrer les représentants syndicaux lors de sa visite à la maison d’arrêt de Villepinte lors de la signature d’une convention avec le MEDEF le 28 mai. Elle n’avait pas plu réagi lors d’une manifestation dans le 7 ème arrondissement lors de son dernier conseil municipal. Le rapport Lamanda remis ce même 5 juin consacre dans ses propositions 5 et 6 la création des SPIP, qui existent depuis 1999, ce qui confine au ridicule et au grand guignolesque. La surpopulation carcérale actuelle record et le contexte actuel de surmédiatisation des faits de récidive les plus spectaculaires incitent à l’inquiétude quant à l’absence de traitement médiatique a minima objectif sur la question des prisons en France.



Ne disposant pas du droit de grève, les Travailleurs Sociaux Pénitentiaires souhaitent communiquer sur les difficultés qu’ils rencontrent et mettre en garde contre une politique qui dit lutter contre la délinquance et la récidive tout en déconsidérant ceux qui œuvrent sur les terrains.
Ils ont besoin de soutien pour se faire entendre et défendre les valeurs de leur métier méconnu mais néanmoins essentiel à la société.


Qui sont ces travailleurs sociaux pénitentiaires ?
Ils sont 3600, assurant le suivi de près 240 000 personnes condamnées (soit près de 150 dossiers par travailleur social) ; 3600 travailleurs sociaux pénitentiaires ( Conseillers d’Insertion et de Probation, Assistants de Service Social et Educateurs Spécialisés) qui exercent leur métier au sein des Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation (SPIP).
Leurs missions sont diverses et complexes, toujours techniques, oscillant entre travail social, étude du passage à l’acte et contrôle du respect des sanctions (respect notamment des obligations prononcées par le juge telle l’obligation de soins).
Ces personnels sociaux pénitentiaires interviennent dans les prisons mais aussi dans des milieux dits “ ouverts ”, puisque la majorité des personnes condamnées ne sont pas incarcérées.
Quotidiennement, les travailleurs sociaux effectuent donc un travail d’accompagnement et de contrôle des personnes condamnées. Ils participent aussi à la prise de décision de l’autorité judiciaire, à la réinsertion des personnes et à la prévention de la récidive.
Quelle réalité ?
Si la prise en charge des délinquants et la lutte contre la récidive sont au cœur des débats politiques actuels, les acteurs principaux chargés de l’accompagnement des personnes condamnées en sont absents.
A l’heure où l’on s’offusque des actes de récidive des délinquants (Evrard, Chollet, etc.), qui s’interroge vraiment sur la réalité de leur prise en charge et les moyens mis en œuvre pour éviter ces nouveaux passages à l’acte ?
Les questions qui se posent …
Comment comprendre qu’aucun Travailleur Social Pénitentiaire ne soit présent lors des émissions de télévision évoquant la lutte contre la récidive ? Comment comprendre aussi que la Garde des Sceaux, Mme DATI, ne fasse pas allusion à eux dans ses discours ? Que penser du manque de moyens permanents des travailleurs sociaux pour réaliser leurs missions ? Que dire enfin des recrutements réduits et d’un statut qui n’a pas évolué depuis 1993 ? Ce sont toutes ces questions que les personnels d’insertion et de probation se posent d’autant que la réforme de leurs statuts, actuellement en cours, ne prévoit aucune évolution positive…
L’inacceptable projet de réforme …
Au programme de la réforme : aucune revalorisation du statut des personnels d’insertion et de probation, aucune revalorisation de leur rémunération malgré une technicité accrue de leur travail depuis une quinzaine d’années.
Bien au contraire, leur prime de risque, laquelle représente actuellement 30 % de leur salaire (d’un total net mensuel d’environ 1480 euros en début de carrière) devrait être remplacée par une prime modulable, appelée “ prime au mérite ”, accordée de manière discrétionnaire, sur la base de critères non établis par l’administration.
Qui plus est, cette prime ne serait accordée qu’à un nombre restreint de personnels. Ce qui aurait pour conséquence une diminution considérable du salaire de la plus grande majorité.
Ainsi, non seulement cette réforme ne tient aucunement compte des responsabilités nouvelles qui sont confiées à ces personnels, mais elle conduit à une régression de leur statut.
Soulignons que ces personnels, diplômés pour la majorité d’un Master voire d’un Master 2, et recrutés sur la base d’un concours national de niveau bac+2, suivent une formation professionnelle d’une durée de deux ans à l’Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire.
La réforme prévoit d’ailleurs de réduire à un an cette formation professionnelle. Or, lutter contre la récidive nécessite une technicité et un savoir spécifiques, lesquels ne peuvent s’acquérir en un temps si limité.

SNEPAP : Olivier BOUDIER 06 07 52 94 25
CGT : Jérôme MARTHOURET 06 60 98 07 55

eric carré 23/05/2008 18:53

surveillant à la Maison d'arret de seysses (toulouse) je confirme la situation de crise: taux d'occupation 180% chez les hommes avec matelas au sol , 11 matelas au sol chez les femmes. tension extrême chez détenus comme chez le personnel. suite à une reprise d'études en master , je peux vous faire parvenir un exemplaire de mon mémoire par mail si vous me donnez votre adresse.(j'en ai envoyé un à PPDA l'an dernier) un article dans la presse m'a valu un blame. également auteur compositeur interprète , j'envisage de laisser un titre sur mon blog. membre de la ligue des droits de l'homme je pense que la situation actuelle des prisons est intolérable.