Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 00:01

Vendredi 25 mai,19.30 : les débats sont clos, le jury se retire pour délibérer.

La petite foule massée dans la salle va s'installer pour dîner dans les bars qui sont installés sur la place en face du palais de justice. Personne ne s'attend à un délibéré très long mais tout de même quand la présidente fait savoir  deux heures plus tard que le jugement va être rendu, c'est comme une volée de moineaux sur les marches du palais.

Une fois la salle à nouveau pleine et silencieuse, le verdict tombe, 25 ans de réclusion criminelle pour Mohamed M'Barek, celui qui a porté les coups et autant pour sa soeur , reconnue complice du crime. Tandis que "la contesse aux pieds nus" (c'était parait-il le surnom que  donnait lord Shaftesbury à Jamila) et son frére regagnent leur maison d'arrêt, un homme sourit . 

Il refuse les interview, fuit les caméras. C'est le commissaire Alain Brunache.


Ce verdict, c'est un peu son "bébé". Lorsqu'il a eu en charge l'enquéte sur la disparition d'Anthony Asley-Cooper,les pistes étaient nombreuses: sa dernière petite amie et son compagnon jaloux, sa troisième épouse dont il voulait divorcer, ou tout simplement une mauvaise rencontre dans ce monde interlope de la nuit qu'il aimait fréquenter. Il fallait donc ratisser large ,surtout qu'il n'y avait pas de cadavre."Il fallait être imaginatif et persévérant. Finalement toutes nos investigations ont été validées". A commencer par les vérifications de l'alibi de Mohamed. Mohamed qui part en Allemagne la veille du crime en prennant bien soin de se signaler la-bas avant de revenir de nuit en voiture en règlant ses péages en liquide.

Jamila qui file au coffre de sa banque le lendemain du crime et Mohamed qui soldera toutes ses dettes "cash" dans les semaines qui suivent sans doute grace à la grosse somme d'argent que sa soeur lui a remise; le prix du contrat... Une vérité qui a commencé a se nicher dans les détails: on n'a pas retrouver de traces de sang dans la BMW qui a servi a transporté le corps mais on pu établir qu'il manquait les tapis de sol d'origine: autant d'indices qui ont conforté la conviction des jurés. Le commissaire savoure le moment.

La famille Ashley-Cooper est soulagée, sans esprit de vengeance ni triomphalisme. Le plus ,jeune fils, qui est maintenant de 13ème comte de Shaftesbury,a le sentiment d'avoir rendu à son père sa digninité et son humanité. même si on peut penser que cela n'a pas du être facile de découvrir la face cachée de celui qu'on appellait plus à Cannes que par son prénom, Anthony.

Les accusés, par la voix de leurs avocats, ont annoncé qu'ils avaient l'intention d'interjeter appel. Il y aura donc vraissemblablement un autre procés. Jamila et Mohamed devront à nouveau essayer de faire admettre qu'il s'agit d'une bagarre qui a mal tourné.

 

Partager cet article

Repost 0
blog-justice-et-compagnie-tf1 - dans blog-justice-et-compagnie-tf1
commenter cet article

commentaires