Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 00:01

Plus d’un an après les faits, nous voici devant le tribunal correctionnel de Versailles. Petite salle, vieux bâtiment et plus d’une dizaine de cameramen à la recherche d’une image, celle de Massire Touré. Ce jeune homme de 19 ans a filmé le 24 avril 2006 dans son lycée l’agression de son enseignante par l’un de ses copains (lequel a écopé d’un an de prison ferme). Le voila qui tente de rejoindre la salle d’audience, le visage masqué par une capuche. A l’intérieur on voit un jeune homme de grand gabarit, poli, intimidé. Incapable d’expliquer son geste « en fait  sans raison, par réflexe », il avoue au président « Je savais pas que ça allait faire tout ça ». Lorsqu’on lui demande pourquoi il a menti lors de l’enquête, il dit « j’avais peur »et il se balance gêné d’un pied sur l’autre. Et lorsque l’avocate de la défense raconte que l’enseignante a été traumatisée non seulement par les coups reçus mais par ce film qui la montrait en situation d’infériorité, qu’elle a demandé à être mutée hors de la Région Parisienne et qu’elle ne peut plus affronter une classe, l’élève Touré baisse la tête et répète « sincèrement, je regrette mon geste ».

Le procureur réclame contre lui 3 mois de prison ferme et une obligation d’indemniser la victime. Le jeune homme n’a pas de casier judiciaire, il a un emploi, ce n’est pas lui qui a diffusé le film.13 secondes de sauvagerie filmées sans préméditation qui feront peut être basculer un destin. Verdict le 27 juin.

La salle se vide, les journalistes se précipitent sur les avocates (de l’enseignante et du vidéaste) mais cette affaire méritait-elle une telle attention ?

Partager cet article

Repost 0
blog-justice-et-compagnie-tf1 - dans blog-justice-et-compagnie-tf1
commenter cet article

commentaires

sébastien 18/06/2007 23:07

Pour répondre à votre question je pense oui et non. Non, effectivement l'affaire ne méritait pas une telle attention, mais, à mon avis, l'affaire méritait assurément une certaine attention.
Les faits fondant l'affaire font partie d'une médiatisation du moment, le happy slapping est condamnable et, aujoud'hui, condamné sur le plan pénal, et c'est normal. Il s'agit d'une première affaire sur le sujet, il est normal d'être en attente sur la réaction des juges. On demande à la justice une réponse pénale à l'acte réalisé, la réponse sera importante.
Toutefois, pour terminer, je doute que les réquisitons du procureur soient suivies et, dans tous les cas, j'espère qu'elles ne seront pas suivies car, autant l'acte est condamnable, qu'il faut montrer qu'on ne peut tolérer un tel acte mais autant la réquisition de 3 mois fermes me semble légèrement en décalage avec l'acte réalisé, selon ce que vous dites sur le déroulement du procés...

Otto 14/06/2007 13:37

Mettre la vie professionnelle de quelqu'un en l'air comme ça, oui, cela mérite une telle attention. Que va faire la prof maintenant si elle n'ose plus aller dans une classe ?Un réflexe intelligent aurait été de se jeter sur l'agresseur et non de sortir le portable mais enfin ...

Luc 12/06/2007 20:34

De fait, au regard des réquisitions du procureur on peut se demander si l'affaire en elle même valait un tel engouement médiatique et vous posez bien la question à la fin de votre billet de savoir si tout cela en valait la peine. Toutefois, remarquez que vous vous y êtes intéressée vous même!
Le phénomène du happy slapping est nouveau en France et cela a toujours intéressé les médias et donc l'opinion publique comme en son temps les car et home jackings (ça vient toujours des pays anglo saxons...)
La vraie question, celle qui m'intéresse en tant que citoyen et victime potentielle, c'est de savoir à quelle hauteur l'auteur de l'infraction se sent responsable et impliqué par ce qu'il a fait et est ce que la sanction sera assez lourde pour remettre cette personne dans le "droit chemin"? Rien ne dit qu'il servira d'exemple malgré tout le battage médiatique qu'a suscité l'affaire.