Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 00:01

Bonjour à tous ceux qui suivent ces chroniques judiciaires. Les enfants sont à l’école et les magistrats dans leur palais de justice. Les trois coups de la reprise ont sonné.

 

La rentrée du ministre de la justice a été placée sous le double signe de la suite des départs dans son équipe rapprochée et par la convocation du vice procureur de Nancy pour propos déplacés dans l'exercice de ses fonctions. Pas de quoi susciter l'adhésion des magistrats dont pourtant la ministre a besoin pour poursuivre les réformes en chantier. Alors aujourd’hui, c’était « opération charme », dès 8.45 devant une vingtaine de journalistes. Chemisier blanc et pull marron, la ministre s’est montrée détendue et souriante pour démontrer qu’elle est une ministre qui va sur le terrain et que partout où elle va à la rencontre des professionnels de la justice, elle est applaudie !

 

Elle a beaucoup insisté sur sa volonté d’inciter le corps judiciaire à pratiquer l’aménagement des peines : lutter contre la récidive c’est aussi préparer la sortie des détenus, leur donner une formation professionnelle, voire une formation en alternance. « Je ne lâcherai pas,j’y crois beaucoup » a-t-elle martelé.

En fait de petit déjeuner, on ne l’a pas vu croquer dans la moindre corne de croissant ; par contre elle n’a pas hésité à contrer Robert Badinter, ancien garde des sceaux de François Mitterrand sur le thème : et lui qu’a-t-il fait quand il était en charge de ce ministère ?

 

 

Quant aux chantiers en cours, ils donnent le tournis : en plus de la réforme de la carte judiciaire (un très gros morceau),il va y avoir une nouvelle loi pénitentiaire (octobre), la création d’un directeur général des prisons, peut être aussi d’un juge des victimes, la mise en place de classes préparatoires  pour étudiants défavorisés qui veulent devenir magistrats,la mise en place de la numérisation des procédures (obtenir son jugement d’un clic), la création d’une direction des ressources humaines au sein du ministère de la justice et cerise sur le gâteau, la création d’une commission chargée de faire des propositions sur la dépénalisation du droit des affaires. Tout cela en vrac,comme on se lance dans le grand bain.

 

 

Et Rachida Dati tente de convaincre : Je travaille mes dossiers. La justice est la passion de ma vie pour des tas de raisons. Je ne pourrai jamais porter une justice de classe. La justice doit être la même pour tous. Une belle profession de foi pour une femme qui se montre volontiers autoritaire, peut-être pour tenter de s’imposer dans un milieu très codifié et passablement machiste. Fin du petit déjeuner vers 10H. La garde des sceaux s’engouffre alors dans une réunion de recadrage avec les présidents de cour d’appel et les procureurs généraux.

 

 

Partager cet article

Repost 0
blog-justice-et-compagnie-tf1 - dans blog-justice-et-compagnie-tf1
commenter cet article

commentaires

francoise Jaeger 23/10/2007 11:05

En lisant cet article j'ai des frissons dans le dos.Elle est où la séparation des pouvoirs ?Pas de Justice de classe nous dit la ministre ; pourtant la dépénalisation du droit des affaires me laisse à penser que si ce n'est pas favoriser une classe, cela ressemble beaucoup à un passe-droit par rapport à l'égalité pour tous devant la loi, y compris pour les personnes morales.