Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 00:01

Maurice Agnelet, flanqué de ses deux avocats, arrive le premier devant la cour d’appel d’Aix en Provence. Il porte des vêtements qu’on pourrait trouver sur le dos d’un citoyen britannique en automne, tout en dégradés de beige. Il déclare à la foule des journalistes qui le pressent de question « j’attends que cette cour reconnaisse mon innocence comme celle de Nice ». Puis il va s’asseoir dans la salle des pas perdus encadré par ses deux fils. Il semble un peu ailleurs , si loin de l’image des années de son ascension sociale, avocat séduisant et entreprenant, notable de la ville de Nice, président de la section locale de la ligue des droits de l’homme, franc maçon à la carrière accélérée. Ses avocats ressortent à l’extérieur du bâtiment pour faire face aux caméras et micros. « Nous avons déposé une plainte devant la Cour Européenne de justice pour durée excessive de la procédure. Nous allons demander à la cour de renoncer à juger Maurice Agnelet »indique Maître François Saint-Pierre. Sans illusion mais pour pouvoir marteler d’entrée de jeu aux les jurés de la cour d’assise que rejuger pour les même faits un accusé alors qu’il a été déclaré innocent d’eux fois est inique. Cela s’appelle de la tactique judiciaire.

Rénée Leroux se présente à son tour entourée de son fils, Jean-Charles et de sa fille Patricia. Une vieille dame au maintient qui évoque le mannequin de Balenciaga qu’elle a été. Elle emploie des mots terribles ; quand on lui demande ce qu’elle ressent, elle répond « de la haine, de la haine pour l’assassin de ma fille. Je veux la vérité même si je n’ai pas d’illusion, il n’avouera jamais ». A son tour elle gagne la salle d’audience pour se placer derrière son défenseur, Maître Hervé Témime. Entre eux, sont placés les tomes d’une procédure judiciaire qui dure depuis 78, qui a mobilisé 6 juges d’instruction et des dizaines d’enquêteurs.

Après que le président a statué sur le mémoire de défense des avocats d’Agnelet, le procès a commencé par le tirage au sort des jurés (10 femmes sur 12 jurés) et la lecture de l’ordonnance de mise en accusation. Strictement la même que celle qui a conduit Agnelet aux assises à Nice et  à son acquittement le 19 décembre 2006.

Il était 20H passées lorsque cette lecture de 91 pages a été terminée. Et le président de la Cour d’assise s’est mis à interroger le principal accusé tout de suite. »Au fait, Monsieur Agnelet quels étaient vos projets pour la Toussaint 77 : partir avec Agnès, partir avec Françoise ou aller retrouver la mère de vos enfants ?

« Agnès (Leroux) voulait qu’on passe ce week-end ensemble mais moi je préférais aller avec Françoise (Lausseure) en Suisse. On s’est quitté banalement, comme d’habitude sans que je puisse imaginer le drame de sa disparition » Suivent sous le feu des questions de la partie civile et de l’avocat général des explications embrouillées au cours desquelles il peut dire : « ma préférence c’était d’être avec Agnès » ou bien « avec Agnès, c’était de la folie ! » Confusion ou contradiction ? Vérité ou mensonge ? d’emblée on a entrevu le fond du procès : les faits conduisent vers ce personnage ambigu même si effectivement on ne sait pas ou, quand et comment Agnès Leroux a été assassinée.

Le procès doit durer jusqu’au 12 octobre.

Partager cet article

Repost 0
blog-justice-et-compagnie-tf1 - dans blog-justice-et-compagnie-tf1
commenter cet article

commentaires