Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 00:00

René Marquéze a du ressentir un soulagement immense car le fardeau était lourd à porter et sans doute, sa bonne foi totale. Le tribunal correctionnel de Pau a prononcé sa relaxe, estimant qu’aucune faute pénale n’avait été commise. Les juges ont considéré que le chasseur avait tiré en état de nécessité.

 Petit rappel des faits : le 1er novembre 2004, le chasseur se retrouve nez à nez avec l’ourse et son petit ; surprise, l’animale devient agressive, cherchant à défendre son petit. Le chasseur tire deux coups de feu pour se protéger. Cannelle est morte sur le coup, elle était la dernière ourse de souche pyrénéenne.  Depuis, cet incident est devenu emblématique du combat des pro et des anti-ours. La justice a suivi en mettant en examen le chasseur pour destruction d’espèce protégée. Des associations de protection de la nature s’étaient constituées partie civile. Mais le dossier montrait bien que le chasseur n’était pas allé chasser l’ours,qu' il n’y avait rien d’intentionnel dans son acte, qu’il a tiré pour protéger sa vie. Maitre Casadebaigt qui défendait René Marquèze a eu beau jeu de se réjouir en soulignant : "Tuer un animal protégé est un délit mais le tribunal a reconnu que mon client n’avait pas le choix ".

Du coté associatif ce jugement provoque évidement la colère. Par exemple l’association Ferus qui se préoccupe de la réintroduction des ours mais aussi des lynx et des loups estime « que la nature reste mal connue et mal comprise de la justice ». Le WWF (Fonds mondial pour la nature) est plus radical en estimant que ce jugement revient « à faire disparaître purement et simplement le statut d’espèce protégée en France et qu’il s’agit d’un véritable permis de tuer ».

Ce qui est moins relevé c’est que cet incident est survenu lors d’une chasse au sanglier et que les chasseurs qui ont organisé cette chasse n’ont jamais été mis en cause. Or il y avait eu des mises en garde précises sur la présence dans ce secteur de l’ourse et de son ourson. Des traces récentes avaient été relevées et un garde de l’ONF a estimé au procès que le groupe de chasseurs aurait du renoncer à effectuer leur battue dans ce secteur. Est-ce que la justice dans ce cas n’est pas passée à côté des vraies responsabilités ?

Partager cet article

Repost 0
blog-justice-et-compagnie-tf1 - dans blog-justice-et-compagnie-tf1
commenter cet article

commentaires