Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Laure Debreuil

La justice : un domaine complexe ; elle a un endroit et parfois un envers…façon de dire que l’on peut parfois parler de justice autrement et raconter ce que l’on ne peut pas voir à la télévision. Les caméras sont rarement les bienvenues dans les prétoires. C’est parfois frustrant. Voila pourquoi, par ces chroniques, je souhaite restituer l’atmosphère, les informations ou les à-côtés des procès que je suis pour la rédaction de TF1.

 

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 00:00

« je suis amené aujourd’hui à faire un petit paquet d’excuses aux juges d’instruction, oui je me suis partiellement trompé ; je dois un modeste paquet d’excuses … » ce sont les premiers mots embrouillés de Michel Fourniret à la reprise de l’audience du mercredi 13 mai ; et il ajoute « je me suis laisser gourer, berner par une cigale aussi désinvolte que dénuée de passion »en parlant de sa compagne, Monique Olivier.

Un lever de rideau fumeux tout à fait caractéristique de ce petit homme orgueilleux. Car quelques instants plus tard il dit : « Si il s’agit du recueil des infractions, je les reconnais, je ne les conteste pas » mais à aucun moment il ne fera la plus petite contrition envers les familles des jeunes filles assassinées. Et c’était particulièrement frappant tout au long de cet après midi ou il sera confronté à des victimes d’il y a très longtemps. Les jeunes filles sont devenues des femmes mures. Et les faits ont déjà été jugés par une cour d’assise en 87. C’est donc en qualité de témoins que ces personnes comparaissaient devant celle de Charleville-Mézières. Et au détour d’un échange on comprend un peu la psychologie du personnage. «  La personnalité d’un individu n’est pas quelque chose de monolithique, le sensé et l’extravaguant peuvent être dans un même individu ». Un être qui a une autre caractéristique : il est incapable de se mettre à la place de l’autre. L’une des jeunes femmes témoins, Dahina le Guennan lui reproche à la barre d’avoir dit qu’elle était passive, donc consentante. Elle ajoute « j’étais tout simplement paralysée par la peur »Il répond « il est exact que je n’avais pas l’impression d’agresser quelqu’un ». Et dans la foulée, il nie l’évidente préméditation de toutes ses agressions : une voiture chargée de liens, d'une arme et d'une fiole de soit disant vitriol  pour terroriser ses victimes.

Michel Fourniret laisse tout de même entrevoir le mécanisme qui se mettait en place chaque fois qu’il partait « accoster » une jeune fille : il se mettait dans la peau de quelqu’un d’autre, gangster, fugitifs, truand en cavale,  bref il se faisait un cinéma, la réalité n’avait plus d’importance ; il fallait que tout se conforme à son rêve à lui. Et son rêve, il l’a brièvement évoqué, tourne toujours et encore autour de la virginité. Le doigt tendu vers le banc des avocats de la partie civile, Michel Fourniret dit « Si ma deuxième épouse n’avait pas commis son auto-défloration, cela aurait été le jour et la nuit .je ne cherche pas à convaincre, je connais mon entêtement. Je cherche une clef qui est hors de portée. Cette clef je l’ai presque trouvé avec Céline Saison. Mais j’ai douté tout de suite après et j’ai toujours la sollicitation ». « Donc vous restez dangereux ? »Lui demande un avocat. « Oui » répond Michel Fourniret tête baissée.

Enfin dernier trait saillant de cette après-midi, sa déclaration concernant Monique Olivier : « Vivre 16 ans avec elle en continu je n’aurai pas supporté ; déjà durant la journée on n’était pas ensemble et la nuit non plus. Il n’y avait pas d’échange sur le plan psychologique. Quand nous prenions la route ensemble, elle regardait d’un coté, moi de l’autre ; nous n’échangions pas de paroles sinon pour des conneries ».

C’était sans doute l’annonce d’un règlement de compte à venir au sein du couple.

Partager cet article

Repost 0
blog-justice-et-compagnie-tf1 - dans blog-justice-et-compagnie-tf1
commenter cet article

commentaires